ALBUMS JEUNESSE
image d'illustration du texte image d'illustration du texte image d'illustration du texte image d'illustration du texte image d'illustration du texte image d'illustration du texte image d'illustration du texte image d'illustration du texte image d'illustration du texte image d'illustration du texte image d'illustration du texte image d'illustration du texte

Texte

20-05-2022

L'image de l'article

LA TARTE AUX MYRTILLES

Lapin malin, si tôt éveillé, sort de son terrier et s’en va se promener.
Il traverse le pré et se retrouve le long du sentier, à l’orée de la forêt.
Là, il tombe sur l’Écureuil discipliné qui lui sort de son nid.

Lapin malin l’interpelle :
- Salut, tu veux jouer à faire des bonds avec moi, il fait beau, on va s’amuser !
L’Écureuil discipliné, un peu embarrassé, lui répond :
- Oui bien sûr, heu, mais non, pas maintenant, bientôt, reviens plus tard.

- Pourquoi ?
- Bien heu ? Il ne sait que répondre.
- Dis, que caches-tu, là, dans ton nid, tout en haut de ton arbre, dis-moi ?

- Derrière moi, heu rien, je ne cache rien.
- Je vois que “si”. Allons, dis-moi ?
- Ce sont là mes réserves pour l’hiver, des noisettes et des noix.
- Ho, ha oui, bien et quoi d’autre ?
L’Écureuil discipliné prit de court, perd pied.

Lapin malin, lui, se met à bondir jusqu’en haut de la branche où est perché l’écureuil.
- Ho, mais tu es sans gêne. Répond l’écureuil qui n’apprécie guère cette intrusion.
- Ho oui, je vois, j’ai deviné, j’avais raison ! S’exclame Lapin malin.
- Quoi donc ?
- Ce que tu caches. Répond du tac au tac le lapin
- Non, rien, je ne dissimule rien. S’entête l’écureuil.

- Mais puisque je te dis que j’ai vu et, que je vois là, ce que tu me caches.
De mes yeux vus, dissimulée dans ton nid, une tarte aux myrtilles !
- Non, non, non, heu… Balbutie l’Écureuil discipliné.
- Ne mens pas, je l’ai vue et sentis, nul doute !

- Oui bon, bien, j’avoue. Avoue l’Écureuil discipliné et irrité.
Mais c’est là mon trésor, un cadeau de ma tente, venu fêter mon anniversaire.
- Ha ! Ho, alors bon anniversaire ! Lui souhaite avec enthousiasme Lapin malin.
Ho dit, hé, fait moi goûter ! Rien de plus qu’une petite part pour friser ma moustache
et affoler mes narines. S’empresse d’ajouter le lapin.

- Non, c’est mon trésor. Déclare l’Écureuil discipliné.
Cesse de quémander, tu n'en auras point !
- Un tout petit bout de rien du tout pour le goût. Supplie Lapin malin.
Qu’une part, dis oui.
- Non, je dis non. Affirme l’écureuil.

Alors Lapin malin redouble d’efforts, bondit puis rebondit de plus en plus haut.
D’abord ses oreilles, au niveau de la première branche et ses moustaches et ses pattes arrière,
puis sa queue dépasse !

Il est si haut qu’il tente d’atterrir sur une branche voisine, plus haut encore !
Quand tout à coup, du coin de l’œil, alors qu’il se trouve dans les airs, il aperçoit
le loup affamé sortir de sa tanière.

Le loup affamé est, en effet, non loin. Il sort de sa sieste, il a le ventre vide.
Il est affamé !
Et se laissant guider du bout de sa truffe, part en repérage de proies.

Lapin malin affolé dit alors :
- Vite, cache-moi ! Vite, aide-moi à monter dans ton arbre !
- Tu plaisantes ! Rétorque l’Écureuil discipliné.
Allez, tu as gagné, je vais te donner un bout de ce délicieux gâteau.

L’écureuil n’a pas encore réalisé le danger.
- Mais il ne s’agit pas de ça !
- Quoi encore ?
- Cache-moi vite, aide-moi à monter dans ton arbre, car le loup est sur mes traces.
Il me traque, je le sens et ne fera pas plus de trois bouchées de moi, s’il m’attrape, me croquera !

L’écureuil réalise :
- Non, c’est vrai et… mais alors ?
Si ses crocs se referment sur moi, d’une seule bouchée me dévorera et “Gloups” !
Je ne donne pas cher de mes os et de ma fourrure !

- Alors, d’accord l’ami, grimpe, oui, mais vite, grimpe vite.
L’écureuil lui tend une perche issue d’une liane arrachée.
En effet, le loup affamé reniflant le sol, flaire le bon coup.
Il stoppe net sa marche et surgissant des fourrés, rapplique au pied de l’arbre et là !

Lapin malin s’élève dans les airs et à bout de bras se retient à la liane,
mais il n’est pas encore tiré d’affaire.
L’écureuil hisse son ami en haut de la branche, seulement, il est trop lourd pour ses petits bras,
si bien qu’il tombe sur le dos du loup et rebondit les quatre fers en l’air.

il chute à nouveau et atterrit sur son ventre, puis sur sa tête. Il assomme à demi celui-ci.
Le loup reste là, gueule ouverte, complètement sonné, à terre.

Lapin malin, par chance, dans son dernier rebond attrape la liane que lui tend l’écureuil
et aussitôt se hisse à sa hauteur.
- Ouf ! Il s’en est fallu de peu.

Mais Lapin malin encore tout tremblant en arrivant bouscule l’écureuil et secoue la branche.
Celle-ci vacille et il laisse tomber… la tarte aux myrtilles de sa tente !

Elle chute dans le vide et arrive directement dans la gueule du loup affamé.
Le loup, béa, gueule grande ouverte, se ressaisit et déguste.

Même s’il n’entrave rien à cette affaire, il trouve juste cela délicieux, la tarte aux myrtilles.
- Un régal cette tarte !
Loup affamé se pourlèche les babines et garde un air hébété. se pourlèche les babines
tout en gardant un air hébété.

Lapin malin est essoufflé après ces pérégrinations et soufflé par cet incident.
Quant à l’Écureuil discipliné, pour lui, c’est une calamité !

Des larmes perles dans ces yeux, mais lapin le console ;
ensemble, finalement, prennent conscience que ce petit drame aurait pu tourner… plus mal encore.

Le loup sans s’attarder sur son sort, lui, s’en va au loin, plus profond dans la forêt.
Il file prudent à pas de loup, en prenant garde à ce qui tombe des arbres.

L’écureuil et Lapin malin démunis et pourtant soulagés se regardent dans les yeux et s’enlacent.

L’écureuil examine son nid encore bien arrimé malgré les bousculades
et les vibrations du tronc.
Les deux amis assis sur la branche se délectent de quelques noisettes,
ils croquent avec délices avant de s’endormir paisiblement.

Tandis que le loup affamé, à dix lieux de là, lui aussi a fini son repas et se lèche les doigts.
Il ne semble plus si affamé.

Il s’en va comme à son habitude hurler au vent en haut de la colline.
- Houhouhou ! Houhouhou !
Sous la lune, en se grattant derrière l’oreille, sous les yeux de la chouette désenchantée
qui lui répond en hululant.
- Hou hou hou ! Hou hou hou !


Fin


© Olivier Bardoul

A propos de l'auteur

Olivier Bardoul Auteur jeunesse.
Vit à Nantes.

Auteur de textes à caractère poétique et initiatique.

Intervenant en atelier d’écriture et de lecture pour les enfants dans les structures sociales et culturelles.

Signes distinctifs:
Partage l’imaginaire inhérent à l’enfance.
Fidèle bras droit de Peter Pan.
Aussi téméraire et dangereux, filou et joyeux, brave et parfois irresponsable...
Mordant et sensible, contemplatif et curieux, innocent et malin, engagé et enthousiaste et ne doutant pas qu’il peut bien entendu voler !

Il se mêle de la vie des petits êtres, la nature des choses, ses aléas, ses maux et les mots qui les désignent.

Animateur jeunesse et metteur en scène de sketchs dans la vie courante.

bardoul.olivier@netcourrier.com